Des rentres trop basses
pour les femmes

Conseil des États:
tenez parole !

Durant la campagne de votation sur le projet AVS, tout le monde était d'accord : les rentes des femmes ne doivent plus être inférieures d'un tiers à celles des hommes. Les politiciens bourgeois ont promis un peu partout de s'attaquer à ce problème lors de la prochaine grande réforme des retraites (LPP). Comme nous le craignions, le projet qui est maintenant sur la table portera préjudice aux femmes à bas et moyens revenus.  Signe donc dès maintenant notre appel pour que les conseillers aux États bourgeois n'oublient pas leur promesse lors de l'examen du projet le 29 novembre.

Signez l'appel maintenant !

5702 / 9000

Conseil des États : tenez parole !

Durant la campagne de votation sur le projet AVS, tout le monde était d’accord : les rentes des femmes ne doivent plus être inférieures d’un tiers à celles des hommes. Les politiciens bourgeois ont promis un peu partout de s’attaquer à ce problème lors de la prochaine grande réforme des retraites (LPP). 
Déjà au cours des dernières semaines de la campagne de votation sur l’AVS, il est devenu de plus en plus clair que le camp bourgeois du Conseil des États allait rompre ses promesses par des manœuvres de coulisses et vouloir ainsi affaiblir le projet du Conseil fédéral. Comme nous le craignions, le projet qui est maintenant sur la table portera préjudice aux femmes à bas et moyens revenus et ne respecte donc pas les promesses faites. 

Les femmes et les employé-es à temps partiel sans revenus élevés ont besoin rapidement de meilleures rentes. Seul le projet initial du Conseil fédéral le garantit. Signe donc dès maintenant notre appel pour que les conseillers aux États bourgeois n’oublient pas leur promesse lors de l’examen du projet le 29 novembre.

Signez l’appel maintenant !

Le 29 novembre, le Conseil des États débattra de la dernière proposition de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des États concernant la réforme de la LPP. Outre la baisse du taux de conversion de 6,8 à 6%, le projet comprend trois éléments centraux qui seront adaptés. Premièrement, le seuil d’accès doit être abaissé à 17’208 francs par an. Deuxièmement, le déduction de coordination ne sera plus fixe et identique pour toutes et tous, mais s’élèvera à 15% du salaire AVS assuré (jusqu’au salaire coordonné maximal de 86’040 CHF, respectivement une déduction de coordination de 12’906 CHF). Troisièmement, une génération transitoire de 15 ans reçoit des suppléments de rente. Le montant de ces suppléments est lié à l’avoir de prévoyance accumulé. Toutes et tous les retraité-es de la génération transitoire dont l’avoir de prévoyance est inférieur à 215’100 francs reçoivent le supplément complet (près de 25% de la génération transitoire est concernée) ; celles et ceux dont l’avoir de prévoyance se situe entre 215’100 et 430’200 francs reçoivent un supplément de rente dégressif (près de 25% de la génération transitoire en bénéficie également). Cela signifie que près de la moitié des retraité-es recevront une compensation pour la baisse du taux de conversion de 6,8 à 6% – l’autre moitié ne recevra rien. De même, toutes les personnes qui n’ont pas été assurées dans le deuxième pilier au cours des dix dernières années avant leur retraite et qui ont été assurées moins de 15 ans dans le cadre de la LPP ne recevront rien. La proposition est donc nettement moins bonne que le compromis des partenaires sociaux, élaboré par les syndicats et le patronat et repris par le Conseil fédéral.

Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed